Les femmes de l’habitation

Le mois de Mars a démarré !

Comme une tradition la date du 8 Mars est un instant de commémoration ; cette journée institutionnalisée en 1977 par les Nations Unies est la conséquence de l’histoire des luttes menées par les femmes sur les continents américain et européen !

Je comprends très bien ces luttes et j’y adhère !

Mais je ne peux pas oublier toutes celles qui ont donné les femmes que nous sommes actuellement !

Je reste dans la revendication

  • Sans utiliser de terme américanisé !
  • Sans rabaisser les hommes !
  • Sans violence !

En demandant tout simplement le respect pour toutes les femmes !

Régulièrement nous avons tendance à mettre en avant celles qui ont fait de très grandes carrières et c’est bien mais aujourd’hui, j’ai décidé d’honorer celles qui sont nées sur l’habitation et qui ont donné une descendance :

CEUX ET CELLES QUE NOUS SOMMES !

Mon aïeule (côté maternel) née enfant esclave en 1848 (matricule 3115 SL)

Ma grand – mère (côté maternel) Grand – Bourg Marie – Galante.

Christine de Morne – à – l’Eau (ma bisaïeule – côté paternel)

Charlotte, Augusta (mon aïeule – côté paternel) née en 1842 à Habitation COUCHY Le Moule

Ma grand – mère (côté paternel) née le 16 Février 1881 Habitation Boucard Jabrun Morne – à – l’Eau

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image.png

Mes grandes tantes (sœur de ma grand – mère paternelle)

Amélie née le 23 Mai 1866 – Habitation COUCHY Le Moule

Marie Estella née le 25 Septembre 1877   – Habitation Boucard Jabrun Morne – à – l’Eau

Joséphine Estelle née le 6 Mai 1882 – Habitation Boucard Jabrun Morne – à – l’Eau

Ceci est d’autant plus important pour moi car j’ai pu évoluer pendant mon enfance avec trois de ces femmes :

  • Celle née en 1877 !
  • Celle née en 1881 (ma grand – mère cf: photo) mon guide spirituel !
  • Celle née en 1882 !

MERCI

Marie – Claire GAMA

Intimes édictées

Tel est le nom du projet « poético-logique » de Luk, lancé en décembre 2020 avec l’ouvrage « Mots dits, maux doux ». Ce premier volet de la collection « Intimes édictées » est composé d’un livre électronique et d’un film de court-métrage accessible uniquement par mail (!).

Le projet soutenu par l’association se veut un « voyage organisé » en réflexions au sujet de la relation trouble, de plus en plus floue, entre l’espace privé et l’espace public des uns et des autres, mais surtout à propos du concept de distanciation, aujourd’hui généralisé…

En savoir plus ? Cliquez ici > https://linktr.ee/lukgama (onglet « Poésie »)

Autisme & cyberdépendance, même combats ?!

Depuis l’entame de l’état de pandémie mondiale du virus covid-19, bien que les médias n’en fassent pas encore grand cas, il n’aura échappé à aucun observateur le lien entre les situations de distanciation sociale puis de confinement et/ou de mise en quarantaine et le développement de comportements de renfermement sur soi. Aussi, nous pensons que les chiffres des fins de vies isolées et volontaires risquent fort de contribuer à rendre véridiques ces assertions.

Pour aller plus loin sur ce sujet, nous vous suggérons les quelques lignes qui suivent :

« Les personnes autistes présentent des caractéristiques qui leurs sont propres, parmi lesquelles on observe des difficultés dans deux domaines : les interactions sociales et la communication ; des comportements, des activités et des intérêts restreints ou répétitifs. »

Source > http://autismequebec.org/fr/l-autisme-et-les-tsa/9

 » Le cyberdépendant peut aussi éprouver de l’anxiété, de la solitude. Une faible estime de soi est souvent présente comme dans toute forme de dépendance d’ailleurs. L’impression de vivre une vraie communication à travers le courriel et les sites de bavardage (chatlines) est en partie illusoire. »

Source > https://www.psynternaute.com/html/cyberdependance.htm

Concerné(e) par, au moins, une de ces phrases ?

– Commence par programmer ton smartphone pour qu’il s’éteigne et se rallume à heures et jours fixes

– Réduit sa durée de mise en veille et mets y un mot de passe (texte, pin ou schéma)

– Commence ou re-commence à lire un livre

– Appelle une bonne connaissance et/ou rapproche-toi d’une association

Bodlanmè pa lwen…

Reprise de nos ateliers après déconfinement

À partir du lundi 11 mai 2020, en France et sur tous ses territoires, un plan général de dé-confinement est en oeuvre. Pour connaître celui de la Guadeloupe, vous pouvez cliquer ici.

Nos ateliers vont reprendre, mais avec une nouvelle organisation concernant votre accueil, en vue de respecter au mieux les mesures sanitaires nécessaires à la bonne tenue des activités que vous suivrez chez nous.

Pour en savoir plus et prendre rendez-vous contactez-nous.

Confinés ? Mais pas finis ! ;-)

En même temps que les situations de confinement sanitaire qui se généralisent à travers le monde, et pour nous depuis 15 jours, nous avons eu l’idée de vous proposer des ateliers Arts-visuels à distance pour vos enfants et/ou pour vous-même (débutants ou confirmés) avec « les trucs à Luk » (notre intervenant principal).

Extrait

Pour vous inscrire, cliquez là https://atikwikani.wordpress.com/portfolio/activites/

photo_lukgama_2019
Luk… à nos ateliers

Une partie du travail artistique de Luk, notre responsable de formation, continue d’être reconnue en Guadeloupe comme dans la Caraïbe. Après un article du quotidien France-Antilles à propos des ateliers de dessin d’observation qu’il prodigue avec notre association, c’est une nouvelle sélection et participation à une exposition internationale qui honore sa créativité. Après Londres en 2012, la Jamaïque en 2016, cette fois-ci c’est à Barbade (novembre 2019) que sera montré sur place, puis en ligne, une oeuvre de video art qu’il a intitulé « Tan boudé chiré… »

Une preuve de plus, s’il en était besoin, de la qualité de nos intervenants et de l’étendue potentielle de la portée de nos actions, y compris dans le domaine des arts visuels.

 

Le 8 mars : honneur aux femmes !

AGISSONS TOUS LES JOURS ET PAS SEULEMENT LE 8 MARS !

8 mars : dates clés

1910
C’est à la seconde conférence internationale des femmes socialistes de 1910 à Copenhague que l’idée d’une « Journée Internationale des Femmes » est lancée.
Mars 1911
Un million de femmes manifestent en Europe
8 mars 1914
Les femmes réclament le droit de vote en Allemagne
8 mars 1917
À Saint Pétersbourg des ouvrières manifestent, initiant la Révolution Russe
8 mars 1921
Lénine décrète le 8 mars journée des femmes
Après 1945
Le 8 mars devient une tradition dans les pays de l’Est et dans le monde
années 70
Le 8 mars devient plus féministe
8 mars 1977
Les Nations Unies officialisent la Journée Internationale des Femmes.
8 mars 1982
La journée est officialisée en France
8 mars 2019 
Le 8 mars continue d’être célébré car la situation n’évolue pas ou peu!

Après cette présentation chronologique de la journée du 8 Mars, je vous propose un article du 18/10/2004 intitulé : « Les femmes en esclavage: Partie I dans le monde des maîtres »
https://www.grioo.com/info3227.html#

Mon objectif est de nous amener à réfléchir sur la situation des femmes dont nous sommes la descendance et du courage qui leur a fallu pour que nous soyons là.
Prenons le flambeau qu’elles nous ont transmis et passons – le à travers les valeurs que nous devons donner à nos enfants et nos petits-enfants : Amour et Respect de l’autre.

Quelques articles du Code Noir pour rappel
Art. 9.
Les hommes libres qui auront eu un ou plusieurs enfants de leur concubinage avec des esclaves, ensemble les maîtres qui les auront soufferts, seront chacun condamnés en une amende de 2 000 livres de sucre, et, s’ils sont les maîtres de l’esclave de laquelle ils auront eu lesdits enfants, voulons, outre l’amende, qu’ils soient privés de l’esclave et des enfants et qu’elle et eux soient adjugés à l’hôpital, sans jamais pouvoir être affranchis. N’entendons toutefois le présent article avoir lieu lorsque l’homme libre qui n’était point marié à autre personne durant son concubinage avec son esclave, épousera dans les formes observées par l’Eglise ladite esclave, qui sera affranchie par ce moyen et les enfants rendus libres et légitimes.
Art. 10.
Les solennités prescrites par l’Ordonnance de Blois et par la Déclaration de 1639 pour les mariages seront observées tant à l’égard des personnes libres que des esclaves, sans néanmoins que le consentement du père et de la mère de l’esclave y soit nécessaire, mais celui du maître seulement.
Art. 11.
Défendons très expressément aux curés de procéder aux mariages des esclaves, s’ils ne font apparoir du consentement de leurs maîtres. Défendons aussi aux maîtres d’user d’aucunes contraintes sur leurs esclaves pour les marier contre leur gré.
Art. 12.
Les enfants qui naîtront des mariages entre esclaves seront esclaves et appartiendront aux maîtres des femmes esclaves et non à ceux de leurs maris, si le mari et la femme ont des maîtres différents.
Art. 13.
Voulons que si le mari esclave a épousé une femme libre, les enfants, tant mâles que filles, suivent la condition de leur mère et soient libres comme elle, nonobstant la servitude de leur père, et que, si le père est libre et la mère esclave, les enfants soient esclaves pareillement.